vendredi 23 mai 2008

LETTRE A W.

Cette lettre est totalement impudique, je le sais, mais personne ne me connaît sur ce blog, ou si peu…. Alors toi qui me connais, ou toi, ou toi, ne me juge pas

Lettre que tu ne liras jamais, puisque tu es parti pour toujours …

C’était il y a 16 ans aujourd’hui… 16 ans déjà !

Il ne se passe pas un jour sans que je pense à toi, à ce que tu serais maintenant si tu avais vieilli, puisqu’à jamais tu es figé dans nos mémoires à 44 ans…. et le temps n’y fait rien, tu es chaque jour présent.

C’était trop tôt pour tirer ta révérence, mais la maladie ne fait pas de cadeaux, elle t’a choisi toi, comme elle en a choisi d’autres qui étaient jeunes comme toi.

J’ai continué le chemin seule… nos enfants sont devenus mes enfants…. Ma petite fille n’a toujours été que ma petite fille puisque tu n’as pas eu le bonheur de la connaître… mais elle, elle te connaît… on lui a dit qui tu étais. Elle t’appelle « le papy qui dort sous les fleurs »

Je n’ai pas refait ma vie…. Je trouve cette expression dépourvue de sens, puisque je me demande bien comment on peut refaire sa vie… on peut la continuer à la rigueur mais la refaire ?
Il en va de même pour faire le deuil, je ne l’ai pas fait et je ne le ferai jamais… pourquoi ? ce n’est pas pour autant que la vie continue mais pas question pour moi de faire le deuil.

J’ai tenté de poursuivre ma vie affective, mais ça s’est mal terminé, alors maintenant je songe de plus en plus à des petits bonheurs furtifs qu’à une grande histoire….
J’ai rencontré des hommes que je croyais bien et qui ne l’étaient pas et d’autres…sans intérêt…beaucoup même, mais il paraît que je suis exigeante…. Oui, je le suis… c’est peut-être toi qui m’a appris ça… l’exigence intellectuelle … je sais m’en souvenir.

De temps en temps, je déraille, mais tu m’as dit avant de partir que ta petite étoile brillerait au dessus de ma tête… alors je lève les yeux au ciel… quelquefois elle est là, quelquefois pas….
Je compose avec les événements.

J’ai tenté de faire de nos enfants un homme et une jeune femme comme tu l’aurais souhaité ; sans être présomptueuse je pense avoir réussi à en faire des gens honnêtes et libres, dénués de bassesses…des gens bien.

Ta princesse est devenue un écrivain reconnue… elle évolue dans le milieu artistique… tu te souviens comme elle le disait quand elle était petite… eh bien, elle le fait
Elle publie sous le joli nom polonais que tu lui as donné… des livres où tu es très présent… ta mort a été pour elle un déchirement et 16 ans après la plaie ne s’est pas refermée… les livres sont pour elle une thérapie, un exutoire…. Elle t’a idéalisé, je ne sais pas si c’est la bonne solution, mais après tout pourquoi pas… ça ne fait de mal à personne.

Ton petit mec est devenu un papa gâteau qui trifouille toujours dans les motos, il en a fait son métier…. Depuis quelques mois il ne fait plus le mécano il travaille dans un bureau et fait du conseil technique sur les grosses cylindrées…. Il est toujours parti par monts et par vaux, de l’Italie à l’Angleterre…… et le temps libre il le passe avec sa petite famille.
Et curieusement, il parle toujours de toi au présent, je n’ai jamais compris et je ne comprends toujours pas… il me dit qu’il le sent comme ça…
La voie qu’il a choisie est différente est celle de sa sœur, mais ils sont heureux chacun à sa façon.

Je ne sais pas si le monde est meilleur là où tu es, puisque personne n’en est jamais revenu, mais je te le souhaite serein…. Et je t’assure que jusqu’à mon dernier souffle, je maintiendrai vivante la petite lumière de ce que fut ton existence trop courte.

Je pense à toi chaque jour …..

Repose en paix


13 commentaires:

La_bazarette a dit…

Que dire? J'aurais pu aussi écrire ce texte. Il "est parti", on l'a obliger apartir à l'age de 18 ans. J'attendais mon 3eme enfant. Il n'a pas eu le temps ni de la connaitre ni d'apprendre son arrivée. Je l'ai su 1 semaine apres ses funerailles. J'avais 29 ans. La nuit, dans mes reves, il revient.... Toujours le même scenario; on se retrouve apres cette longue absence, et j'apprend qu'il n'etait pas mort, ce n'etait qu'une separation. Je suis toujours trés heureuse de le revoir, même si...
Les reveils ont un gout amers....

La_bazarette a dit…

Oups! une erreur, il est décedé a l'age de 28 ans.

joelle a dit…

Merci La Bazarette.
J'aurais beaucoup à dire... mais ce n'est pas l'endroit.

Anonyme a dit…

Que dire ? De garder la mémoire de ceux qui nous ont quiité les fait vivre

Toute mon amitié

Abuelita

marilyne a dit…

Mon père est parti à 42 ans, j'en avais 15, heureusement j'ai eu un peu le temps de le connaitre, je suis un peu comme ton fils, j'en parle souvent au présent. Et pourtant ça fait 35 ans qu'il est mort.
Et pas de maladie, il s'est noyé. C'est dur aussi ça.
Bises.

Jade a dit…

Ta lettre n'a absolument rien d'impudique....
Au contraire, elle est très émouvante...
Il est parfois important pour soi d'exprimer ses émotions ici ou ailleurs.
Je t'embrasse fort.

joelle a dit…

...) Abluelita : je considère que mon rôle est de préserver cette mémoire

...) Maryline : une mort violente c'est surement pire, nous on s'y attendait mais ... c'est trop jeune

...) Merci Jade.. je me demande si c'est le lieu pour écrire ça, mais c'est fait.. et c'est la transcription de ce que je ressens.

Anonyme a dit…

Organza, merci d'être venue sur mon blog ce qui m'a permis de te connaître même si je pense t'avoir croisée quelque part.
Je suis très touchée et émue par cette lettre.
Pour moi d'emblée je pense que tu as 100 fois raison d'être exigeante, c'est le meilleur hommage que tu puisses faire à l'homme admirable que tu as aimé.
Moi je suis avec le même homme depuis 37 ans et, bien qu'il n'ait rien d'exceptionnel je verrais difficilement un autre homme lui succéder.
Il me semble que les hommes cherchent à tout prix à sortir de la solitude alors que les femmes s'en accommodent et sont exigeantes vis-à-vis d'un éventuel compagnon.
Excuse-moi si je suis dans le registre "courrier du coeur".
bien amicalement
Rosa

joelle a dit…

Rosa on s'est peut etre croisées sur un autre blog, je ne me souviens plus, mais ton blog m'a intéressée c'est pourquoi je me suis permise de le mettre en lien.

oui je suis exigeante, et je tiens à le rester, quitte à continuer mon chemin seule, ça ne me pose pas de problèmes, la solitude ne me pèse pas.

les hommes sont différents c'est vrai, on ne fonctionne pas de la même façon, ils ne savent pas rester seuls.
Je ne demande pas à un homme d'etre exceptionnel, seulement d'etre honnete... et ça, ça semble compliqué...
qui vivra, verra !!!

Anonyme a dit…

Plus dure que la solitude me paraît être la disparition de celui qu'on aime.
Rosa

joelle a dit…

Oui Rosa, mais contre la disparition on ne peut rien, c'est la seule chose qui soit irrémédiable... tout le reste peut être remis en question.

Lune de pluie a dit…

Merci d'être passée chez moi(bienvenue), cela m'a permis de découvrir votre blog. Ce billet pudique et si intense m'a profondément touchée.

joelle a dit…

...) Lune de pluie je passe tous les jours sur ton blog, mais je n'avais jamais mis de commentaire... je suis une amoureuse des livres, alors je me régale. Merci